Conjoint Pervers narcissique : quand l’amour peut être un danger

Conjoint Pervers narcissique : quand l’amour peut être un danger

Le pervers narcissique dans le couple est quasiment toujours l’homme. C’est pourquoi, dans cet article je vais m’adresser aux femmes, même si le sujet est bien évidemment transposable.

La perversion narcissique, théorisée par le psychiatre et psychanalyste Paul-Claude Racamier dans le domaine de la psychopathologie, indique non pas un type de personnalité mais une pathologie relationnelle qui consiste en une survalorisation de soi-même aux dépens d’autrui, notamment parce que le pervers narcissique a une image dévalorisante de lui-même.

J’ai déjà parlé de cette pathologie notamment dans le cadre professionnel. Mais qu’en est-il dans la sphère sentimentale ? Le problème récurrent, souligné par les psychothérapeutes, lorsqu’on est en couple avec un pervers narcissique, c’est qu’on ne le sait pas… 

Pour que l’amour ne soit pas un danger, je souhaite par cet article, éclairer les femmes qui ont un doute, informer celles qui n’ont pas eu la malchance de croiser le chemin du pervers narcissique, conseiller celles qui ont un ou une proche dans cette situation…

Tout d’abord, nous verrons quelles sont les personnes les plus susceptibles de rencontrer un pervers narcissique et pourquoi. Ensuite, nous nous intéresserons aux signes qui montrent que le partenaire est un pervers narcissique. Puis, à travers le témoignage de psychothérapeutes, nous verrons quels sont les comportements communs aux femmes partenaires d’un pervers narcissique. Enfin, nous nous poserons la question de savoir s’il est possible qu’un pervers narcissique change.

 

Le pervers narcissique : un prédateur pour quelle proie ?

Le mode de fonctionnement du pervers narcissique, le seul qu’il connaisse, fait de lui un parfait stratège. Il cherche une personne sur qui il pourra exercer sa perversion narcissique. Inconsciemment, puisqu’il est dépourvu d’empathie, mais sûrement.

Les personnes les plus vulnérables répondent à des schémas communs. Si vous vous reconnaissez dans ces profils, soyez vigilante et interrogez-vous peut-être sur leur origine.

Du besoin d’amour à la dépendance affective

Certaines personnes préfèrent être mal accompagnées que seules. Généralement, lorsque l’on est ainsi, on le sait. On peut avoir un grand besoin d’amour ou véritablement souffrir de dépendance affective qui est une addiction. Le résultat est sensiblement le même : on a besoin de remplir un vide intérieur, de combler un manque. Cela passe par la dépendance envers une personne aimée.

Le dépendant affectif va donc trouver un certain réconfort dans une relation avec un pervers narcissique où il n’aura plus de responsabilités, de pouvoir décisionnel. Il se retrouve à subir sa relation sans même s’en apercevoir, voire s’y complaire, en tout cas dans les premiers temps.

De l’empathie au syndrome du sauveur

Avoir beaucoup d’empathie est louable mais poussé à l’extrême, c’est une addiction qu’on appelle le syndrome du sauveur. La personne qui l’a, cherche à aider, à sauver sans que le rôle ne s’inverse jamais. Elle a besoin que l’autre ait besoin d’elle. On appelle aussi le syndrome du sauveur, la codépendance. Cette générosité devient pathologique lorsqu’elle conditionne les relations qui n’existent que sur ce modèle.

Le pervers narcissique, s’il reconnaît en vous ce syndrome ou du moins cette tendance, saura extrêmement bien se poser en victime pour que vous vous intéressiez à lui.

Conjoint pervers narcissique : 10+1 signes qui doivent alerter

Trait commun à tous les pervers narcissiques : la rencontre et les premières semaines de vie commune sont exceptionnelles. Il est particulièrement attentionné et correspond au partenaire rêvé. Une telle fusion ne se refuse pas. Cependant, très vite des signes qui ne trompent pas surviennent. Le dernier des signes, le + 1, mérite toute votre attention, c’est pourquoi il apparaît sous cette forme.

1 – Il dévalorise sa conjointe

En dévalorisant et en rabaissant sa conjointe, le pervers narcissique lui fait perdre sa confiance en elle.

2 – Il culpabilise sa partenaire, se pose en victime

Il se fait plaindre en se posant en victime et en faisant culpabiliser sa partenaire. De même, il attend la perfection de sa conjointe et la rend coupable de ne pas être à la hauteur de ses exigences.

3 – Il sème la confusion

Il parle et argumente beaucoup et son discours est changeant, flou laissant sa conjointe dans la confusion. Il déstabilise, en prévoyant de grands projets de couple puis en sous-entendant que sa partenaire n’est pas digne de son amour. Il aime souffler le chaud et le froid.

4 – Il ment

Pour servir ses intérêts, il va mentir, (s’) inventer des histoires.

5 – Il pense être supérieur

Il renvoie une image de supériorité parce qu’il se croit supérieur. Il paraît donc sûr de lui et irréprochable.

6 – Il a besoin d’être admiré

Le pervers narcissique est en quête de reconnaissance. Il a besoin d’obtenir toute l’attention, d’être admiré.

7 – Il n’a pas empathie

Les sentiments des autres ne comptent pas, même s’il peut feindre un quelconque intérêt, ce n’est qu’à son service. Il ne comprend pas les besoins des autres et donc ne culpabilise pas de les faire souffrir.

8 – Il se sent menacé

Il pense que sa partenaire lui appartient. Ainsi, toutes les relations extérieures que la conjointe peut avoir, sont ressenties comme une menace. Il peut donc montrer des signes de jalousie extrême.

9 – Il ne se remet jamais en question

Un pervers narcissique n’assume pas ses torts, il reporte sa responsabilité sur les autres et surtout sur sa partenaire.

10- Il aime l’agent et peut créer une dépendance financière

Il aime avoir une certaine aisance budgétaire mais peut créer une instabilité financière au sein de son couple pour rendre sa partenaire totalement dépendante.

10+1- Il est agressif

En psychanalyse le terme agressivité est défini par des conduites réelles ou fantasmatiques qui ont pour but de nuire à autrui, de détruire, de contraindre, d’humilier. L’agressivité permet la maîtrise de la structure psychique du pervers narcissique par la destruction de sa victime.

Le pervers narcissique peut être agressif psychiquement, verbalement et physiquement.

Le comportement d’une personne sous l’emprise d’un pervers narcissique

Comme je l’ai déjà souligné, il est très difficile de se rendre compte qu’on est soi-même dans une relation avec un pervers narcissique, et c’est bien là que réside tout le danger. Bien sûr, maintes vidéos sur internet concernant le conjoint pervers narcissique conseillent de fuir immédiatement. Plus facile à dire qu’à faire, et nous allons essayer de comprendre pourquoi.

Ce que les thérapeutes remarquent, c’est que des femmes viennent les consulter sans connaître la pathologie dont souffre leur conjoint, c’est le médecin qui s’en rend compte. Elles sont souvent dans une crise de couple ou elles souhaitent se séparer sans y parvenir. Souvent, ces femmes ont subi des violences physiques et/ou psychiques qui attestent d’une soumission imposée et acceptée. Elles ne protestent pas et en viennent même à douter de leur perception. Elles trouvent des excuses à leur partenaire, parfois croient mériter ce qu’il leur arrive. Elles ont donc honte de se plaindre. Elles oscillent entre l’image idéale, à laquelle elles s’accrochent et la réalité, qu’elles ne peuvent admettre. Elles pensent même pouvoir sauver leur conjoint agresseur en se comportant mieux, en étant plus ceci, moins cela… Elles parviennent généralement pendant un temps certain à donner le change avec la famille et les amis en montrant au monde extérieur comme leur couple est idéal. Et elles y croient vraiment, c’est ce qui est le plus remarquable. Elles ne simulent généralement pas, elles pensent ce qu’elles disent coincées entre leur sentiment et leur perception. Si on demande à l’une de ces femmes comment elle va, elle répondra spontanément « très bien ! ». C’est souvent à ce moment précis qu’elles prennent conscience que quelque chose sonne faux, qu’elles mentent, mais le déni reprend vite le dessus. Et quand elles parviennent enfin à parler de ce qu’elles ressentent, elles ne sont généralement pas crues du fait de leur manière d’agir depuis longtemps. Il arrive que l’entourage finisse par se rendre compte que quelque chose ne va pas, mais le discours est souvent le même et n’aide pas : tu es en danger. Cela, elles le savent mais n’arrivent pas pour autant à fuir. 

L’élément déclencheur du désir de séparation vient la plupart du temps d’un regard extérieur. Celui de son enfant qui ne comprend pas pourquoi sa mère accepte cette situation, celui d’un parent proche… Le regard de quelqu’un qui va faire prendre conscience à ces femmes qu’elles ont raison de penser que ce qu’elles vivent n’est pas normal, comme une confirmation qu’elles vont mourir physiquement ou psychiquement « pour de vrai ».

D’après les témoignages des psychothérapeutes, on comprend mieux pourquoi fuir n’est pas évident. Parvenir à quitter un pervers narcissique est un exploit, mais ne pas retomber dans les griffes d’un tel personnage est un travail psychique à faire sur soi avec l’aide d’un professionnel.

Le pervers narcissique peut-il changer ?

Essayer de faire prendre conscience à un pervers narcissique de sa pathologie ne peut être fait par sa conjointe, parce qu’il va retourner la situation sur elle, la rendre responsable des maux qui lui sont reprochés. Et finalement, c’est la partenaire qui pensera que c’est elle qui a un problème. Les psychothérapeutes pensent que le pervers narcissique ne peut pas changer, même avec beaucoup d’amour. Il ne se remet jamais en question et ne le fera pas tant qu’il a quelqu’un sur qui exercer son pouvoir. Par contre, s’il se retrouve seul, il va forcément ressentir un mal-être. Si le malaise est tel que cela le pousse à consulter, alors il pourra être aidé. Mais pour changer, il faut prendre conscience qu’il y a un problème, ressentir le besoin de le résoudre et enfin tout mettre en œuvre pour y parvenir.

Le comportement inhumain du pervers narcissique vient forcément d’un traumatisme subi dans l’enfance, ce qui peut amener au fait qu’il soit pardonné. Cependant, la meilleure façon de le faire, c’est de se pardonner soi-même, de s’émanciper de son pouvoir en se faisant soigner des blessures infligées et d’éventuels traumatismes subis qui ont conduit à se mettre en couple et à rester avec un pervers narcissique.

 

J’espère vous avoir éclairé sur la relation de couple avec un pervers narcissique. Si vous avez la sensation de manquer de liberté au quotidien, un ressenti de mal-être sans raison apparente, un sentiment de danger imminent mais inexplicable, l’impression de manquer d’énergie vitale, si vous mettez en doute vos choix, vos envies ou que vous avez peur : consultez impérativement un psychothérapeute. Un travail sur vous permettra de comprendre pourquoi vous attirez ou vous êtes attirée par ce genre de personne. Et si vous avez le moindre doute pour quelqu’un de votre entourage, je ne peux que vous recommander de l’aider en lui conseillant de suivre une thérapie.